10 trucs simples pour optimiser la visibilité de vos vidéos Youtube

Cet article reprend celui du même nom, sur le site emarketinglicious.fr : 10 Trucs Simples Pour Optimiser La Visibilité De Vos Vidéos Youtube !

Je reprend donc l’article, en simplifiant sa lecture :

10-trucs-simples-optimiser-visibilite-video-youtube

1 – Choisissez les bons mots clés

Le choix des mots clés est primordial. Aussi sélectionnez des mots-clés pertinents pour le titre, la description ainsi que les tags de vos vidéos. Pour cela, utilisez des mots-clés que votre audience serait susceptible de rechercher pour vos produits et vos services.

2 – Optez pour un titre court

Moins de 70 caractères et placement des mots-clés au début du titre.

Éventuellement, vous pouvez inclure le mot « vidéo » pour les personnes qui recherchent une vidéo sur un sujet particulier à partir d’un moteur de recherche.

3 – Ajoutez une description

Décrivez votre vidéo dans le texte situé juste en dessous de votre vidéo. Employez des mots-clés cohérents avec votre stratégie de contenu. Plus il y a d’informations pertinentes, mieux c’est !

4 – Ajoutez des sous-titres et une transcription

Les sous-titres que vous ajoutez à vos vidéos apparaissent non seulement aux internautes mais également aux moteurs de recherche. Ces derniers sont ainsi en mesure d’indexer plus facilement vos vidéos ainsi que de mieux identifier le sujet de vos vidéos.

Vous pouvez aussi inclure l’adresse de votre site Internet (recommandé) afin qu’elle apparaisse à certains instants, ou tout au long de vos vidéos.

5 – Configurez les paramètres de vos vidéos efficacement

Favorisez les partages sur vos vidéos en configurant les paramètres de chaque vidéo de la manière suivante :

  • Autoriser l’ajout de commentaires après approbation.
  • Autoriser les autres utilisateurs à évaluer cette vidéo.
  • Cette vidéo peut être intégrée sur des sites externes.
  • Diffuser cette vidéo sur les téléphones mobiles et TV portables.

6 – N’hésitez pas à répondre aux commentaires

L’intérêt ? En donnant des explications supplémentaires et en établissant le dialogue avec les internautes, vous travaillez à la création d’un lien de proximité avec vos internautes par l’échange. Cela crédibilise la volonté d’ouverture de la marque!

7 – Votre force : un contenu de qualité

Ce qui créera un vrai trafic sur vos vidéos, c’est avant tout un contenu qualitatif. Si votre vidéo est vide de sens, ou n’a pas un réel intérêt pour votre internaute, ne soyez pas surpris que les retours ne soient pas à la hauteur de vos attentes. Si le titre est accrocheur mais que le contenu est sans intérêt, imaginez le sentiment de déception de la personne qui la regarde, et donc le retour négatif pour votre marque… Donc avant de mettre votre vidéo en ligne, demandez-vous ce que ça apportera réellement à votre internaute et dans quel objectif vous la publiez.

8 – Partagez vos vidéos sur d’autres plateformes de vidéos

Pour augmenter le nombre de vues de vos vidéos, vous avez la possibilité de les diffuser sur d’autres plateformes de vidéos comme Vimeo ou Dailymotion par exemple.

9 – Partagez vos vidéos sur votre site et sur les médias sociaux

Votre site web et les médias sociaux représentent des sources additionnelles de trafic qui peuvent contribuer de manière très intéressante à la réalisation de vos objectifs.

Les médias sociaux vous aident à toucher de nouvelles communautés où vos vidéos peuvent être diffusées viralement.

10 – Soignez vos images de preview (miniatures)

Plus vos miniatures sont intéressantes et attrayantes, plus elle inciteront les internautes à cliquer dessus pour découvrir la vidéo correspondante.

La co-production numérique de contenus

Cet article reprend celui rédigé par Jean-Luc Boulin sur le blog etourisme.info : Un monde nouveau où le Co est roi.

Le « co » correspond au tourisme participatif. Les internautes échangent des services, des conseils, etc, et créent donc des contenus informatifs qui sont bien peu souvent maîtrisés par les offices de tourisme. C’est le cas de tous les forums, blogs, etc… Dommage!

Jean-Luc Boulin nous donne 5 conseils pour tirer le meilleur de la co-production numérique de contenus. (En gras, mes remarques).

1/ Identifier les principaux lieux de co-production de contenus qui parlent de son territoire

Il faut donc faire de la veille (Un des thèmes du prochain café numérique du 05/06 : mettre en place des outils de veille). Le panorama des sites communautaires est un bon départ pour observer sur quels sites communautaires, blogs de voyage, forums, est le plus traitée sa destination (Je vous ai déjà donné un tableau recensant des forums). Une analyse des flux d’entrée sur votre site est aussi intéressante : pour certains territoires, l’impact de Wikipedia est essentiel (Ça, vous le saurez en décortiquant les statistiques de votre site internet). Il faut ensuite se concentrer sur ce qui est le plus important, et surtout,  ne pas partir tout azimut.

 

2/ Accepter de discuter avec les co-producteurs sur leurs espaces propres

Beaucoup d’initiatives de forum sur les sites de destination ont été un échec. Tout simplement parce que les « co » échangent, produisent dans des espaces qui leur ressemblent ou qui ressemblent à leur passion, leur communauté, tout simplement. Par exemple, si vous avez un évènement familial à promouvoir, rendez-vous sur des forums dédiés à la famille.

 

3/ Valoriser les coproducteurs

Chaque fois que l’on propose à un photographe amateur d’utiliser sa prise de vue, à un blogueur de reprendre son article, ce coproducteur est valorisé. Il sera encore plus en désir de promotion de votre territoire. Remerciez ceux qui vous donnent des infos, des photos, etc. Citez leur nom, donnez leur adresse de blog ou de site internet. C’est du donnant – donnant.

 

4/ Apporter du contenu

L’office de tourisme peut passer du temps à améliorer le contenu des co-productions sur les forums ou blogs de voyage, du moment qu’ils sont pertinents pour la destination (cf. point 1). C’est du temps de travail d’accueil numérique à intégrer dans sa stratégie. Tout est dit; c’est une mission à ne pas négliger dans la préparation de sa stratégie de présence sur le web.

 

5/ Rester dans son rôle officiel d’organisme local de tourisme

S’inscrire dans une communauté en tant qu’organisme local de tourisme, identifier la provenance de ces informations, renvoyer sur le site officiel de l’office de tourisme, sont autant de manière de rester dans son rôle d’organisme public et de rassurer ainsi la communauté de co-producteurs. Mieux vaut être honnête et se placer comme expert de sa destination, c’est une marque de confiance pour l’internaute.

 

Changement pour vos noms de domaine

Depuis la semaine dernière, il y a du changement dans les noms de domaine en .fr .

Par changement j’entends le fait de pouvoir les écrire avec des caractères spéciaux : é, è, ù … Ça ne concerne donc pas tous les OT, juste l’île d’Yeu et l’île de Noirmoutier pour le î. Je vous conseille d’agir sans tarder, avant le 4  juillet.

L’article ci-dessous (source : Locita) vous explique tout :

 

Les accents dans les noms de domaine sont désormais possibles. Annoncée il y a 3 mois, cette nouveauté concerne les noms de domaine en .fr, ceux en .com ou en .eu existant déjà.

Cette révolution porte sur 30 caractères spéciaux dont voici la liste : ß, à, á, â, ã, ä, å, æ, ç, è, é, ê, ë, ì, í, î, ï, ñ, ò, ó, ô, õ, ö, ù, ú, û, ü, ý, ÿ, œ.
Vous pourrez donc acheter : goûter.fr, garçon.fr, téléphone.fr,…

Plusieurs étapes

Dans un premier temps, seuls les titulaires d’un nom de domaine sans accent sont prioritaires. Ils peuvent réserver leur équivalent avec accent dès aujourd’hui. Par exemple, le titulaire du nom societe.fr est pour le moment le seul habilité à racheter société.fr. Ce ne sera qu’à partir du 4 juillet que l’achat des noms de domaine avec accent sera ouvert à tous. Le titulaire d’un nom de domaine équivalent perdra son privilège, puisque la règle qui s’appliquera sera celle déjà en vigueur : premier arrivé, premier servi !

Cybersquatting

Ce processus a lieu en plusieurs étapes afin d’éviter le cybersquattage des noms de domaine existants. Pour rappel, cette pratique consiste à enregistrer un nom de domaine correspondant à une marque, avec l’intention de le revendre – plus cher – par la suite à l’ayant droit, ou d’altérer sa visibilité.

De ce fait, le titulaire de nom de domaine television.fr aura tout intérêt à réserver télévision.fr, voire même télevision.fr et telévision.fr, pour éviter notamment toute dispersion des visites entre les différents sites, sachant que d’un point de vue SEO, le contenu est privilégié par rapport à l’URL.

Autres conséquences, des dépenses supplémentaires annuelles seront donc à prévoir pour les éditeurs de sites de contenus afin de protéger les déclinaisons de leurs domaines.

Et du côté des sociétés spécialisées dans l’enregistrement des noms de domaine, leurs revenus devraient augmenter avec l’afflux de demandes.

Soyez donc prudents si vous êtes titulaires d’un nom de domaine en .fr. Il vaut mieux prévenir que guérir pour éviter toute mauvaise surprise.

Ingenie – Invitation aux Rencontres du 18/10/2012

Comment améliorer l’interactivité des fans sur Facebook?

Cet article fait suite à la lecture d’un rapport rédigé par Buddy Media qui a étudié l’engagement des fans sur un panel de 200 pages Facebook.

(Par engagement des fans il faut entendre le nombre de commentaires et de « J’aime » comparé aux nombre de fans sur la page)

Voici les leçons à retenir :

  • Préférez des publications courtes.Plus votre publication sera longue, moins le taux d’engagement de la part de vos fans sera important. Préférez des publications de 80 caractères ou moins.
  • Les meilleures heures pour poster. Postez en dehors des heures de travail : tôt le matin ou le soir. Votre publication apparaîtra en haut du mur d’actualités des fans, à une période où peu d’autres publications lui font concurrence et où vos fans ont le temps de la lire. L’idéal est de poster entre 20h et 7h; sinon, dans la journée des pics d’audience ont lieu à 11h, 15h et 17h.
  • Les meilleurs jours pour poster.Postez en fin de semaine, du jeudi au dimanche. Moins vos fans sont au travail, plus ils sont sur Facebook!

Là, je me doute bien que vous n’allez pas commencer à vous occuper de vos pages Facebook le vendredi à 22h… Pas de problème, il y a des tableaux de bord pour la gestion des réseaux sociaux qui vous permettent de programmer vos publications pour tel jour, à telle heure! Voir l’article d’Isabelle Mathieu, 4 tableaux de bord gratuits pour les médias sociaux.

  • Limitez la fréquence de vos publications quotidiennes.Ce n’est pas la quantité mais la qualité qui compte! Publier 1 à 2 fois par jour produirait un taux d’engagement plus fort que si vous publiez plus de 2 fois par jour.
  • Limitez la fréquence de vos publications hebdomadaires. Pas la peine de publier tous les jours et d’assommer vos fans. Publier 1 à 4 fois par semaine produirait un taux d’engagement plus fort que si vous publiez plus de 4 fois par semaine.
  • Posez des questions pour engager vos fans. Utilisez les mots « publiez », « commentez » ou « racontez ». Préférez les questions avec « oû » et « quand » plutôt que « Pourquoi » qui paraît plus intrusif et challenging.
  • Posez des questions à trous. C’est une technique très peu utilisée mais qui, paraît-il, fonctionne très bien. Exemple : « A Noirmoutier, ce que vous aimez le plus c’est …? ». A tester!

 

Au boulot!

Newsletter d’Ingenie – Avril 2012

Voici les dernières évolutions logicielles d’Ingenie vous concernant.

8 erreurs fréquemment commises sur les médias sociaux

La source de cet article est 16 social media mistakes you’re making d’Alyson Shontell. Je n’ai repris que les points qui me semblaient les plus intéressants.

8 erreurs trop souvent commises sur les réseaux sociaux :

Penser qu’il s’agit d’un sprint plutôt que d’un marathon. Ça me rappelle un peu la fable du lièvre et de la tortue… Ça ne sert à rien de vouloir aller trop vite, de faire plein de choses d’un coup et, ensuite, de se fatiguer et de moins poster sur Facebook, Twitter, etc. Donc on fait les choses dans l’ordre et sans trop se précipiter.

Ne pas avoir fixé de stratégie. Je vous en ai déjà parlé l’autre jour; il est impératif de se fixer une petite stratégie de communication sur les médias sociaux. Quelle est ma cible, que puis-je publier, etc…

Trop parler et ne pas assez écouter. Les réseaux sociaux sont des plateformes d’échange, alors on n’oublie pas d’échanger! On pose des questions, on s’occupe de notre communauté, on reste à son écoute…

Faire passer des mauvaises ondes (« Airing bad sentiments » : désolé, je n’arrive pas à trouver la traduction appropriée!). On reste toujours correct, on ne critique rien ni personne et on utilise un vocabulaire correct!

Passer trop de temps à faire sa promotion. On fait son auto-promotion, mais on n’oublie pas non plus que les médias sociaux permettent de faire de la veille sur sa marque. En bref, on soigne sa e-réputation.

Poster des choses ennuyeuses. Si vous connaissez bien votre cible, vous devez savoir ce qu’elle recherche en vous suivant et ce qui lui fait plaisir… On poste donc des infos susceptibles de l’intéresser elle, et rien qu’elle!

Ne pas répondre à sa communauté. Prenez le temps de répondre à toutes les questions, toutes les remarques.

Penser que votre communauté va tout faire pour vous. Vous ne pouvez pas balancer une info et attendre que votre communauté la relaie. Il faut agir et réagir sans attendre.